Η μητηρ μου

View previous topic View next topic Go down

Η μητηρ μου

Post by Morgan on Tue Oct 01, 2013 1:23 am

"Mère!"

Morgane leva les bras vers la voûte au-dessus d'elle. Cette-dernière était tellement haute qu'elle avait du mal à la distinguer à travers les ombres environnantes.
Son jean noir était sale et déchiré, révélant par endroits des égratignures encore saignantes, témoins de sa longue décente et de son combat récent. Son T-Shirt sombre était imprimé d'un cercle de runes et des mitaines noir couvraient ses bras meurtris. Ses doigts endoloris serraient encore le manche de son épée; un liquide vert coulait le long de la lame noire et effilée: du sang de monstre, qui commençait à se coaguler sur le tranchant.

"Mère!" appela-t-elle de nouveau.

Sa voix résonna contre les parois telle une bourrasque passagère et Morgan tomba à genoux, s'affaissant contre une paroi rocailleuse. Au loin, le Styx et l'Achéron coulaient avec fracas, leurs eaux sombres grondant comme une bête sauvage en tourbillonnant.
Soudain, tout son corps se tendit - il y avait quelque chose, tout près d'elle. Elle se releva rapidement, même si ses membres lui faisaient mal, et point son épée encore luisante de sang vert dans les ténèbres. Grand bien lui en prit: la pointe acérée de la lame rencontra le museau d'un chien des Enfers.

"Recule," lui intima-t-elle.

Le chien la regarda de ses yeux rouges comme de la braise et retroussa les babines. De nouveau, la peur la prit à la cage thoracique: elle s'était tant battue pour venir ici, elle n'allait tout de même pas tomber aux griffes d'un minable chien des Enfers! Cependant, elle savait bien que sous-estimer des monstres était une erreur fatale: elle pouvait tout aussi bien mourir sous les poings d'un géant Lestrygon que sous les attaques d'un scorpion infernal, si petit soit-il.
Le monstre l'ennuya presque.

"Recule," répéta-t-elle.

Il ne fit aucun pas en arrière. Au contraire, il se recroquevilla, près à lui bondir à la gorge
Hurlant, Morgane lâcha sur lui une déflagration d'électricité verte qui le réduit en cendres dans les secondes qui suivirent, avant de tomber par terre. Ses pouvoirs étaient un atout, mais ils la vidaient de ses forces. Son épée roula hors de sa main lorsqu'elle heurta le sol, et elle se mit à tâtonner à l'aveuglette pour la retrouver, les paupières lourdes.
Soudain, deux mains, se refermèrent sur ses épaules, et Morgane tressaillit avant de se débattre.

"Tout doux, la belle," fit une voix qu'elle reconnut immédiatement.

"Leïla?"

Un rire susurré lui parvint.

"Notre mère est prête à te recevoir. Elle voulait juste voir si tu étais apte à...."

Les mots de Leïla s'évanouirent dans le néant au moment où Morgane perdit connaissance dans les bras de l'empousa. Le noir remplit sa vision et sa tête roula sur le côté, ses cheveux emmêlés éparpillés sur le sol.


Lorsque Morgane se réveilla, elle se trouvait dans un large lit à baldaquins, bordé de tentures vert sombre brodées d'argent et de noir. Une couverture de soie verte la recouvrait jusqu'aux épaules et elle avait la tête posée de côté sur un oreiller moelleux qui sentait la forêt.
Elle ouvrit ses yeux un peu plus grand et distingua une personne adossée contre l'un des piliers de bois ciselé de son lit; elle ne put voir son visage, car sa vision était encore très trouble. La silhouette était absorbé dans l'examen d'un couteau en forme de faucille, sans lui prêter la moindre attention.
Lorsqu'elle vit le couteau, Morgane eut peur un instant que la personne ne veuille la tuer, et chercha son épée sous les draps, mais ne la trouva pas. Son mouvement faisant bruire la couverture de soie, la personne tourna la tête et Morgane réalisa que ce n'était nulle autre que Leïla, qui la regarda avec un sourire en coin, jouant avec son couteau.

"T'inquiète, je vais pas te tuer," fit-elle. "Aujourd'hui."

Elle s'approcha d'un pas félin et posa un genou sur le matelas.

"Tu te sens prête à aller voir notre mère?"

"On... on est dans son palais?"

"A ton avis?"

Une boule se forma dans sa gorge et l'espace d'un instant, elle se trouva incapable de prononcer la moindre parole. Elle se trouvait au siège du pouvoir de sa mère; dans le palais même qu'Hadès lui avait offert - bon, elle avait bien dû le rénover deux ou trois fois, mais c'était quand même le dieu des Morts qui lui avait donné l'autorisation de rester sous terre, vu qu'elle s'entendait bien avec Perséphone.

"Allez, viens," l'encouragea Leïla, et, pour donner l'impulsion, retira les couvertures, découvrant le corps de Morgane encore habillée.

"Je devrais pas genre... me laver avant?"

"T'inquiète. Je pense qu'elle a vu pire qu'une demi-déesse miteuse."


Morgan
Admin

Posts : 262
Join date : 2013-06-30

View user profile http://mythsandlegends.forumotion.co

Back to top Go down

View previous topic View next topic Back to top


 
Permissions in this forum:
You cannot reply to topics in this forum